Mon invitée du jour, Andrea, est une globetrotteuse ! Elle a parcouru le monde avec sa famille d’un statut d’expat à un autre. Au fil de sa vie et des naissances de ses enfants, elle a quitté le monde des sciences économiques pour faire d’un hobby né par hasard une activité qui voyage avec elle. Prochaine étape, en vivre !


Avant de parler de ton activité, si on parlait un peu de toi …

Je suis uruguayenne, mère de 3 enfants : 2 filles au seuil de l’adolescence et un garçon de 9 ans, souriant…. Mon bonheur !

Je cherche le soleil partout, surtout dans l’âme des gens. Je viens d’un petit pays nostalgique sur l’Atlantique Sud, un champ posé à côté de la mer : Mon Uruguay.

Notre vie de famille est marquée par le voyage à travers les trois continents où nous avons vécu. Ces expériences et ces souvenirs sont vivants, d’une image lointaine, d’un voyage à l’autre, changeant de langue sans cesse. Et je continue, j’aime connaître, rencontrer les différentes cultures, me promener dans les nouveaux endroits que je visite et imprégner mes yeux, en gardant les parfums dans ma mémoire. C’est mon univers et aussi une inspiration.

Raconte-nous ton activité.

J’ai  lancé Balena, une marque de pyjamas et de chemises de nuit pour enfants en coton, pour filles et garçons. Depuis quelques temps j’ai créé une ligne pour adolescentes (en vérité, à la demande des miennes…).

La production est faite au Portugal. Je connais bien la culture brésilienne pour y avoir vécu longtemps, et je retrouve là-bas une culture similaire que j’aime beaucoup. Cela me permet d’exprimer pleinement mes souhaits de dessins, couleurs, qualité des détails, ce qui est fondamental pour obtenir le produit que je veux.

La conception des modèles m’appartient ainsi que la recherche de tissus, des accessoires, etc. et mes enfants sont toujours ma première inspiration.

Sachant que les produits Balena sont conçus pour les enfants, j’apporte un soin tout particulier à la qualité des coupes et à la sélection des matières. Les cotons résistent aux lavages fréquents ainsi qu’à la dynamique des enfants. Le contact avec la peau est doux et sain. Les pièces sont fabriquées pour durer, pour rester belles et pratiques.

balena-pyjama-06

Comment t’es venue cette idée ?

Passionnée par les tissus, j’ai toujours aimé jouer avec les couleurs, les textures. De manière ludique, j’ai imaginé des pyjamas pour mes filles lorsque nous habitions au Brésil. Mon fils n’était pas encore né. Menée par le même plaisir, j’ai créé des modèles pour leurs cousins, leurs amis, et les amis des cousins et mon «hobby» a vite dépassé le cercle familial pour devenir Balena.

Au Brésil, je ne trouvais pas des pyjamas à mon goût. J’ai beaucoup appris du savoir-faire de mes couturières brésiliennes et je me suis beaucoup éclaté en découvrant tout ce monde du textile.

Est-ce que te lancer dans l’entrepreneuriat était un rêve de longue date, une idée nouvelle ou une nécessité ?

Me lancer dans une entreprise n’a jamais été une idée claire et bien définie. Pourtant je crois qu’inconsciemment j’ai toujours su que j’y viendrais.

Diplômée en Sciences Economiques, j’ai travaillé dans ce domaine pendant quelques années avant de devenir « bruxelloise » avec mon mari qui rentrait en Europe après des années de vie à l’étranger. Ensuite, quelques années plus tard, c’est à la naissance des filles et lorsque nous habitions à Sao Paulo, que l’idée de créer ma propre entreprise a pris forme.

balena-pyjama-04

As-tu (eu) des doutes ? Lesquels et comment fais-tu pour les surmonter ?

Oui, toujours. Connaître et comprendre le goût, le marché brésilien, puis l’américain, et finalement le belge ou européen, a été la tâche la plus difficile pour moi. J’y travaille encore…

Mais je me dis que la qualité et le bon goût n’ont pas de frontière …

Au niveau personnel, que te rapporte le fait d’être devenue entrepreneure ?

J’aime la liberté, pouvoir tracer mon chemin et sans cesse l’adapter à mes envies et à ce que j’apprends, en cours de route.

Essayer, revoir, continuer ; c’est ma démarche. Je suis fière d’avoir pu recréer mon projet dans chaque pays où j’ai vécu, dans des différents scénarios, des états d’esprit et de maturité, d’âge de mes enfants chaque fois différents, mais toujours attachée à cette envie de faire du beau et de bonne qualité.

balena-pyjamas-01

Peux-tu citer des ressources qui t’ont aidée dans la création et le lancement de ton projet ? Un livre à conseiller ?

Pour le lancement de mon projet à Bruxelles j’ai eu du soutien ; des amies qui m’ont poussée à sortir mon histoire Balena des cartons de déménagement… et à faire renaitre Balena en Europe. Et ce c’est que j’ai fait.

Quels seraient tes conseils pour celles qui ont envie de se lancer ?

Je ne suis pas quelqu’un qui donne de conseils. A celles qui ont envie de se lancer je dirai d’écarter les doutes, les surmonter et essayer de montrer leurs capacités, peu importe les critiques.

Croire en soi, se préparer, parler et parler autour de soi du projet et sans doute, se jeter à l’eau !! Ça fait du bien !

Le chemin ne sera pas facile, au contraire, mais rien est facile dans cette belle vie …

balena-pyjama-02

Quels sont tes meilleurs secrets pour bien communiquer sur son projet ?

Je fais de la communication personnalisée, sur base d’une liste de clients, par mailing direct ou par newsletter, et j’ai également développé une communication sur les réseaux sociaux tels qu’instagram, Facebook ou mère-expat.

Je conçois que le networking est central à mon activité et le fait que je sois passée par 3 pays pour peu de temps complique un peu la chose. Ces déménagements m’ont également poussée à développer un système de paiement en ligne dans l’espoir de garder mes réseaux passés, avec un succès mitigé.

Clairement, le networking dont je dispose reste insuffisant. Je dois continuer à trouver de nouveaux réseaux en plus de trouver des distributeurs (magasins) sur lesquels je puisse compter pour établir une base plus ferme pour cette activité.

Vis-tu de ton activité ou en as-tu l’intention ?

Pour le moment je ne vis pas de mon activité mais c’est toujours mon objectif pour le futur. Je voudrais que mon activité prenne ce chemin.

balena-pyjama-05

Reçois-tu du soutien de ta famille et tes proches ?

Mon mari, ma famille et mes amis me soutiennent très fort dans mon activité et j’en suis très reconnaissante ! Mes enfants me stimulent et me poussent à continuer. Mes filles ont toujours leur mot à dire et un petit conseil pour le choix de tissus. Je crois que ma famille apprécie le fait de me voir focalisée dans mon projet et satisfaite, même si souvent ils ne sont pas au courant de mes décisions.

Quels sont les indispensables quand on se lance ?

L’indispensable quand on se lance est de croire et d’avancer, de ne pas se laisser dominer par les doutes qui apparaissent tout le temps. Faire un travail de qualité, bien viser le public et avoir un bon rapport qualité prix. Et surtout  “pasarla bien”, s’amuser, comme on dirait en espagnol !!

Comment envisages-tu tes concurrents ? Ils te font peur ?

La concurrence ne me fait pas peur, au contraire me stimule et génère un défi. Dans ce vaste monde il y a de la place pour tout le monde, il faut trouver la sienne ! 

Arrives-tu à bien t’entourer ? Est-ce que tu te sens seule parfois ?

Je travaille seule la plus part du temps, ceci est la partie plus dure ……


Retrouver Balenas sur le net

Le site 
La page Facebook
Le compte instagram
Le compte Pinterest

CREDIT PHOTOS © Pyjamas Balena
Photos publiées avec l’aimable autorisation de Pyjamas Balena