Sacoche, Odile Sacoche. Serial blogueuse et future entrepreneure de choc !

Je ne sais plus quel hasard m’a mise sur la route du blog d’Odile Sacoche.
Déjà son pseudo ne pouvait qu’attirer ma belge attention ! Mais pour être précise je pense que c’est un article consacré au Monstre du placard (alias le doute) qui a attiré mon attention. En tout cas c’est celui que je citerais volontiers car j’avoue adorer les doutes parsemés de temps en temps sur le blog d’Odile. Tout comme j’aime le ton qu’elle utilise.

odile_sacoche-monstre-placard-doute

Il y a quelques mois, Odile a décidé de se construire la vie professionnelle de ses rêves. Sans se presser, lentement mais sûrement. Elle a donc franchi un premier pas en devenant indépendante à titre complémentaire et raconte parfois ses progrès sur son blog.

Encore un portrait inspirant car nous ne sommes pas toutes prêtes à nous lancer tête baissée dans l’aventure de l’entrepreneuriat. A certaines,  il faut plus de temps. Ce fut mon cas également car j’ai passé quelques années sous le même statut qu’Odile, testant plusieurs voies avant de trouver la bonne et de m’y lancer. Tout en étant accompagnée d’ailleurs, comme Odile.

Bref … allons à sa rencontre !


Bonjour Odile ! Merci de me faire l’honneur de quelques réponses … Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Je m’appelle Odile Sacoche, et bien sûr c’est un pseudonyme. Je suis blogueuse depuis 4 ans, et depuis peu je suis freelance en infographie (à bon entendeur ;) ). Mon blog est un blog lifestyle, à tendance feel good et beauté.

De passe-temps, ton blog est devenu comme l’espoir d’une vie professionnelle toute neuve. Quels sont tes rêves ? Que proposes-tu ?

Mon rêve serait de pouvoir travailler de la maison, être mon propre patron. Gérer mes contrats freelance en tant qu’illustratrice, infographiste et pourquoi pas blogueuse. Mes deux passions depuis toujours sont le dessin et l’écriture, et ce serait juste formidable de pouvoir allier les deux et d’en faire un métier créé sur mesure. Je suis surtout une sorte d’infographiste à l’ancienne, qui travaille plutôt sur le papier (flyers, carte de visite, etc.) même si c’est à l’aide d’un ordinateur. Je me définirais plus comme illustratrice, mais je trouve que ce terme ferme la porte à beaucoup de choses. Ensuite j’ai plein de rêves et de projets en tête mais que je garde encore dans ma boite aux trésors ;)

odile_sacoche_illu_3

Devenir entrepreneure 2.0 quand on a déjà un job à temps plein, c’est facile ?

Pas du tout. C’est de la jonglerie. On a notre tête 40h par semaine dans un premier boulot, et le soir et les week end on devrait prendre notre deuxième vie en main alors qu’on a envie de pouvoir se reposer. Du coup c’est difficile de jongler entre le fait de vouloir construire ses rêves, mais aussi se reposer pour les construire.

Puis on se dit parfois qu’on voudrait utiliser ses 40h pour un projet bien à soi, d’autant que pendant son temps libre on aime aller voir les copains, la famille ou on doit faire le ménage ;) Donc non, pour le moment cette “double vie” n’est pas évidente à gérer.

Y a-t-il eu un élément déclencheur pour décider de changer petit à petit de vie ?

Ca dépend vraiment d’une personne à l’autre. Chez moi je pense que c’est latent depuis des années, mais que j’ai toujours repoussé. Puis c’est une dispute avec un manager qui m’a un peu fait réagir. Si on ne construit pas ses rêves, quelqu’un va un jour nous engager pour construire les siens. Cette phrase entendue lors d’un week-end entrepreneur m’a fait l’effet d’un électrochoc.

Pour ma part, je pense que j’ai toujours eu besoin d’une liberté que les managers en entreprise n’ont jamais su m’offrir.

odile_sacoche_illu_1

Beaucoup de lectrices rêvent de se lancer mais n’osent pas. Toi tu as franchi l’étape de la première audace malgré quelques doutes. Quels seraient tes conseils pour celles qui hésitent ?

De se garder un filet de sécurité si on a vraiment trop peur. On n’est pas obligé d’avoir recours à la manière forte et tout plaquer du jour au lendemain. Par exemple, j’ai décidé de prendre un statut en complémentaire, et d’assurer mes factures avec un temps plein. “Petit à petit l’oiseau fait son nid” comme on dit.

Il faut voir grand, et ne pas avoir peur d’avancer petit. Il faut essayer de penser à la prochaine étape qui peut faire avancer, même si elle consiste simplement à envoyer un mail. Même un petit pas fait avancer.

Tu as récemment parlé de l’accompagnement dans ta démarche d’entrepreneuriat, c’est indispensable pour toi ?

Oh oui ! J’ai besoin de quelqu’un pour m’encourager. En plus de ça, je suis créative, donc tout ce qui concerne l’administration et la comptabilité est une source de stress pour moi. J’ai besoin de savoir que je peux laisser ça à quelqu’un. Cela fait une chose de moins dont je dois m’occuper. Ça permet aussi de me sentir moins seule et d’avoir quelqu’un qui s’y connait pour parler, ou me donner des conseils. Ça m’aide vraiment beaucoup, surtout dans les coups de mou.

Quels sont tes doutes et comment fais-tu pour les faire taire ?

Je n’ai pas encore la solution idéale pour faire taire mes doutes si ce n’est de lire beaucoup. J’adore le développement personnel et ça me rassure quand je lis un livre de ce genre, ça m’aide à recentrer ma réflexion. Quant à mes doutes, et bien comme beaucoup d’entre nous : peur de me tromper, de ne pas réussir ou pire… De ne pas avoir assez de talent pour faire la différence.

odile_sachoche_illu_2

Des projets à dévoiler ?

Ha Ha non… Pas encore ^^ Mais ça ne devrait pas tarder. Je travaille sur quelque chose depuis l’été 2015, on est 3 sur ce projet, mais ça prend plus de temps que ce que je croyais, et nous avons du retard, du coup je dois sans cesse retarder “l’annonce”. Ce que je peux dire c’est que “grâce” à ce retard, je dois un peu changer mon fusil d’épaule et commencer par une plus petite étape avant “d’accoucher” du gros bébé. Lol.

J’aime le mystère. Après tout, hein, pas Odile Sacoche pour rien ;)

Finalement le métier de tes rêves, sans barrière, ce serait quoi ?

Sans barrière ? Être freelance full time en tant qu’illustratrice et rédactrice. Écrivain me semble un bien grand mot, je ne me sens pas d’écrire un roman, mais je rêverais d’écrire un livre de développement personnel. Le métier de mes rêves n’existe pas, il englobe un peu tout ça, mais surtout le métier de mes rêves me permettraient de bosser de chez moi, avec mon bouledogue et mon ordinateur.


A la rencontre d’Odile Sacoche sur le web

Son blog
Son twitter
Son instagram
Sa page Facebook
Sa page Hellocoton

Pin It on Pinterest

Et si vous partagiez cet article

Vous pouvez faire découvrir les articles du blog à vos amis. Il suffit d'un clic ;-)