Le spam (ou courrier indésirable) est un fléau dont tout le monde se plaint pour des raisons diverses :

  • parce qu’on reçoit du spam dans notre boîte de réception
  • parce qu’on ne reçoit pas certains mails que nous attendons (ils sont soit en spam, soit perdus)
  • parce qu’on se casse la tête à écrire de bonnes newsletters et qu’une partie de nos efforts passe directement dans le dossier spams de certains de nos destinataires

C’est ce dernier point qui va nous intéresser dans cet article. Nous allons essayer de comprendre pourquoi nos mails tombent dans les spams et ce qu’on peut faire pour y remédier. 

C’est quoi le spam en fait ?

Un spam est un email non sollicité et généralement non pertinent, envoyé en masse à une énoooooorme liste de personnes. Il peut s’agir de newsletters commerciales (vous savez … celles que vous n’avez jamais demandées mais que vous recevez tout de même …) mais aussi de messages frauduleux et potentiellement dangereux (les escroqueries, le phishing, les chantages et autres mails contenant des virus informatiques).

Le job de base de votre boîte mails est de veiller à ce que vous receviez uniquement les mails désirés et à ce que vous vous puissiez vous aussi envoyer vos mails à vos destinataires. Une partie de son job est donc aussi de repérer le spam pour éviter qu’il vienne polluer votre boîte de réception. 

Conséquences :

  • des filtres de plus en plus complexes sont développés pour repérer le spam
  • et nous en tant qu' »émetteurs de mails » nous sommes facilement considérés comme des spammeurs potentiels, bref des suspects ! Pour atteindre la boîte de réception de nos interlocuteurs nous allons donc devoir montrer patte blanche.

Comment fonctionnent ces filtres anti-spams ?

Chaque mail qui entre dans votre boîte est décortiqué par les filtres anti-spams qui analysent toute une série de critères pour savoir si oui ou non il sera digne d’atteindra votre boite de réception. D’une certaine manière c’est un peu comme Google qui analyse votre site pour déterminer quelle place il recevra lors d’une recherche.

Chaque mail se voit donc attribuer un score et c’est ce score qui déterminera s’il est fiable ou non.

Pour compliquer les choses, les filtres ne fonctionnent pas tous de la même manière, un mail peut donc par exemple atteindre votre boîte de réception Gmail mais être arrêté par Yahoo ou Hotmail.

Pour éviter de donner les clés des filtres aux vrais spammeurs, on ne connait pas tous les critères utilisés pour analyser les mails. De plus, ils évoluent en permanence notamment en fonction de vos propres actions (quand vous mettez des courriels en spam ou au contraire si vous sortez des courriels du spam). C’est donc compliqué de savoir exactement ce qu’il faut faire pour bien faire.

La « délivrabilité » de vos emails

La délivrabilité d’un email est bonne quand l’email arrive dans la boite de réception (inbox) de votre interlocuteur et non dans ses spams.

La délivrabilité est un processus complexe mais il existe des variables sur lesquelles nous pouvons influer :

  • La réputation : il s’agit d’un score composé d’une partie à impact positif (le bon engagement : ouverture, clic, achat) et d’une partie à impact négatif (le mauvais engagement : désabonnement et signalements comme spams, rebond)
  • L’engagement : il est mesuré par le taux d’ouverture, de clics et éventuellement les achats dans votre boutique en ligne via votre newsletter. Ces variables montrent en fait le degré d’intérêt de vos interlocuteurs pour votre contenu

Améliorer la délivrabilité de vos emails : les bonnes pratiques à respecter

Il n’existe pas de formule magique pour arriver à coup sûr dans la boîte de réception (inbox) de vos interlocuteurs mais il existe néanmoins des bonnes pratiques à respecter :

  • Veillez à avoir une bonne réputation dès le début de vos envois en obtenant le consentement de vos destinataires (dois-je vous rappeler que c’est une obligation GDPR …)
  • Par conséquent, évitez autant que possible d’ajouter manuellement vos contacts. Il est préférable qu’ils s’abonnent par eux-mêmes et donnent ainsi leur consentement.
  • Soignez la qualité et la pertinence de vos contenus par rapport à votre audience. Cela passera aussi par la segmentation et l’envoi d’emails personnalisés selon vos segments.
  • Montrez que vous « connaissez » votre destinataire personnalisant le contenu, comme par exemple en utilisant le Merge Tag FNAME pour faire apparaitre son prénom dans vos emails.
  • Soignez votre audience en la maintenant à jour. Nettoyez les contacts qui n’interagissent jamais avec votre contenu. Sur Mailchimp vous pouvez les archiver pour qu’ils ne reçoivent plus vos emails mais que vous puissiez conserver leurs données et leur historique (sauf s’ils vous demandent de les effacer de votre audience, auquel cas vous devez les effacer et pas les archiver).
  • Envoyez vos emails depuis un nom de domaine que vous possédez et pas depuis un domaine de type Gmail ou Yahoo.
  • Authentifiez votre nom de domaine
  • N’utilisez pas d’adresse générique (genre info@… ou contact@…) ou basée sur une fonction dans l’entreprise (comme marketing@… ou rh@…) mais préférez une adresse mail liée à une personne identifiable (comme prénom@…)   
  • Evitez les sujets typiquement liés au spam. Si votre mail contient le nom d’une fameuse petite pilule bleue, si vous vantez les mérites d’un régime miracle ou d’un gain en millions d’euros, vous risquez fort de tomber dans les spams !
  • Demandez à votre audience de vous ajouter dans les contacts autorisés (« add us to your address book »)
  • Faites attention à la mise en page de votre newsletter (évitez par exemple de mettre une image unique, évitez trop de ponctuation dans le sujet de votre mail ou de tout écrire en majuscules)
  • Evitez le copier-coller votre texte depuis Word (il va hériter de caractères et signes non désirés)
  • Ne restez pas trop longtemps sans envoyer de mails (une liste de mails évolue et devient vite obsolète, vous risquez donc d’être signalée comme spam lors de désabonnement, tout simplement parce que les gens ne se souviennent pas qu’ils se sont inscrits à votre newsletter). Evitez aussi d’envoyer des newsletters tous les jours si vous avez promis une newsletter par mois.
  • Ne cachez pas vos liens de désabonnement
  • Rappelez bien aux personnes de votre liste comment ou à quelle occasion elles se sont inscrites
  • Comme pour les réseaux sociaux, recherchez l’engagement de vos interlocuteurs : ouverture, clic, vente, réponse à votre mail).

Authentifier son nom de domaine sur Mailchimp

Si vous avez un site internet ou un nom pour votre activité, il est probable que vous ayez déjà réservé un nom de domaine. Le mien par exemple c’est delasuitedanslesid.be

Quand on possède son propre nom de domaine on peut alors l’authentifier et ainsi « prouver que nous sommes bien qui nous prétendons être ». Pour ce faire vous devez avoir accès à votre nom de domaine et ajouter des informations spécifique. C’est un processus qui peut paraître compliqué et faire peur quand on n’en a pas l’habitude. Votre webmaster pourra vous aider.

Dans cet article, je vous montre comment procéder

 

Besoin d’aide pour démarrer ou progresser sur Mailchimp ?