Quand on s’intéresse aux newsletters, on s’intéresse forcément à toutes les manières possibles de faire évoluer notre liste d’abonnés selon la croyance qui veut que, plus on a d’abonnés, plus on fera de* vues sur internet / ventes / conversion / etc (*biffer les mentions inutiles).

Avoir une grande liste finalement c’est facile !

 

On peut :
– attendre sagement les abonnés
– faire connaître sa newsletter
– ajouter des formulaires de captures d’e-mail sur son site
– proposer l’inscription à sa newsletter sur sa page Facebook
– proposer un e-book ou une formation gratuite
– proposer des promotions exclusives
– encoder toutes les cartes de visite de vos contacts business
– inscrire toutes les personnes qu’on rencontre en réseautant
– inscrire tous ses amis et toute sa famille
– acheter des adresses
– reprendre les adresses d’une ancienne activité
– récupérer des adresses via LinkedIn

Peut-être voyez-vous arriver une pointe d’ironie dans cette liste non exhaustive de techniques.
J’ai presqu’envie de vous dire de *biffer les mentions inutiles également !

 

On laisse le RGPD de côté pour une fois

 

Aussi capitales soient-elles, laissons de côté les considérations RGPD que nous avons vues ici. Je vous le dis tout de suite : la plupart des techniques d’acquisition d’adresses mails citées ci-dessus, ne sont pas en phase avec ces 4 petites lettres. Vous en doutiez un peu non ?

Mais pour cette fois, parlons peu mais parlons bien …

Avez-vous déjà envisagé que faire tout et n’importe quoi sous prétexte qu’il faut avoir une grande et longue liste pourrait avoir un impact négatif sur cette fameuse liste et sur vos actions marketing en général ?

Quand on veut augmenter le nombre d’abonnés sur une liste, ce qu’on veut vraiment c’est avoir des abonnés “engagés”. Vous savez ce sont ceux qui ouvrent et lisent vos newsletters, qui cliquent sur vos liens et parfois même qui entament la conversation avec vous ! Des personnes intéressées par ce que vous faites, dites et proposez.

Ce qu’on ne veut surtout pas obtenir quand on essaie de faire évoluer sa liste, ce sont des abonnés qui
– n’ouvrent pas nos newsletters;
– les passent à la corbeille;
– se disent “Encore cette entreprise ! Je n’ai rien demandé moi !”;
– se désabonnent;
– et, tant qu’ils y sont, vous signalent comme expéditeur de spam …

 

Les choses se corsent là non ?

 

Ben oui parce avoir “n’importe qui” sur sa liste, c’est s’exposer à ce qu’une grande partie des abonnés soient passifs, énervés ou même très fâchés. Rien de tout cela n’est bon ni pour votre newsletter, ni pour votre liste, ni pour votre business. Et si ce n’est pas bon pour votre business, ce n’est pas bon pour vous non plus !

A court terme ce n’est pas bon pour la newsletter que vous venez d’envoyer et qui n’a pas le succès que vous attendiez. Tant pis me direz-vous, ça viendra avec le temps …

Ou pas ?!!…

Et du coup, à plus long terme ce n’est pas bon pour votre réputation Mailchimp (ou le service d’e-mailing que vous avez choisi pour votre activité) et donc ce n’est pas bon pour votre liste ! Vous me suivez ?

Vous ne le saviez peut-être pas mais Mailchimp surveille ce qui se passe sur votre compte et regarde si vous êtes “populaire”. Pas dans le sens “J’ai plein d’abonnés, je suis le roi du monde” mais dans le sens “Mes abonnés m’aiment d’amour et ils me le prouvent en interagissant” (à commencer par ouvrir vos newsletters et ne pas se désabonner).

Et la conséquence de tout cela au final pourrait être la suivante : vos e-mails pourraient bien avoir la fâcheuse tendance d’arriver en spam. Tout ce que vous ne vouliez pas !

 

Conclusion de l’affaire

 

En niant l’avis de vos abonnés (parce que vous les inscrivez d’office sans demander leur permission), vous n’allez donc pas uniquement prendre le risque de finir par payer pour envoyer des mails à des gens qui s’en fichent ou de payer une bonne grosse amende lorsque le RGPD sera obligatoire. Vous allez prendre le risque d’envoyer des mails qui n’arrivent pas. Too bad !

(prise de conscience)

La formule est simple :
Plus vous avez de personnes qui s’en fichent sur votre liste,
Plus vous risquez d’avoir des désabonnements accompagnés d’un “Je ne me suis jamais inscrit sur cette liste” (ça s’appelle une plainte pour spam en vrai)
Plus vous ruinez votre réputation Mailchimp (ou autre)
Plus vous ruinez vos chances que vos newsletters arrivent dans les boîtes mails de vos quelques abonnés intéressés.

(Elémentaire mon cher Watson !)

Faire évoluer sa liste ce n’est donc pas “juste” augmenter le nombre d’abonnés. Il s’agit d’attirer des abonnés qualifiés, intéressés, engagés, passionnés, fans. Ces abonnés qui attendent vos newsletters comme vous guettiez l’arrivée de la lettre d’un amour de vacances quand vous étiez ado (bon je m’emballe un peu).

Et puis vous savez bien … ce n’est pas la taille qui compte !
Je vous laisse méditer là-dessus …

A propos : Si vous avez ENVIE de vous abonner à ma newsletter, cliquez ici

 

Pin It on Pinterest

Et si vous partagiez cet article

Vous pouvez faire découvrir les articles du blog à vos amis. Il suffit d'un clic ;-)