Anne-Laure, un peu accro aux nouveaux projets, a créé son entreprise Codettes. Elle nous parle de son expérience et de son parcours pour y arriver.

Un parcours bien réfléchi, bien préparé : « hâte-toi lentement » pourrions-nous dire. Anne-Laure a en effet pris le temps de se préparer, de se former et de tester ses Codettes en commençant par une activité complémentaire.

Portrait d’une entrepreneure libre et heureuse !


Avant de parler de ton activité, si on parlait un peu de toi … 

Anne-Laure, 32 ans, jeune mariée et addict aux nouveaux projets. Du coup, je cumule les rôles: je suis co-organisatrice des Creative Sunday, je co-gère la marque de bijoux June’s, je tiens un blog de DIY, HowTo, avec Marine Visart (à relire : Anne-Laure et Marine ont d’ailleurs déjà répondu à mes questions dans cette précédente interview) et là, j’entame encore un autre projet, toujours bien entourée, mais ce n’est encore qu’une ébauche…

Sinon, dans la vraie vie, je suis web developer.

Mais tu es une serial entrepreneure ! Si tu nous parlais de ton activité principale …

Je suis web developer, c’est-à-dire que je crée des sites web. Je travaille sous le nom Codettes, c’est un peu mon nom de scène. Je réalise toute sorte de sites, des sites vitrines pour faire exister une marque en ligne ou des sites plus complexes.

Comment es-tu arrivée à ce métier ?

Mon premier job était dans une start-up. J’étais la seule employée à n’avoir aucun lien avec les aspects techniques du produit que nous vendions. A force d’entendre les discussions de mes collègues web developers, j’ai eu envie d’apprendre à coder. Alors je me suis formée étape par étape, puis j’ai changé de job et j’ai développé une activité complémentaire jusqu’à ce que je me lance comme indépendante en septembre 2016.

Te lancer dans l’entrepreneuriat c’était un rêve de longue date?

J’ai une formation en journalisme et, au cours de mes études, je me suis faite à l’idée que je serais indépendante vu le monde professionnel qui m’attendait. A la fin de mes études, je suis partie dans une autre direction, mais l’idée d’être indépendante est restée. J’ai commencé par trouver un job stable avec un CDI. Mais travailler pour les autres m’a toujours frustrée. Il fallait que j’acquière les compétences qui allaient me permettre de vivre en tant que freelance et développer mes autres projets en parallèle.

Des doutes ? Des trucs pour les surmonter ?

Bien sûr ! Je me suis demandé si je pourrais réellement obtenir le même niveau de vie qu’en tant que salariée, si les clients me feraient confiance et si mes compétence fraichement acquises allaient suffire.

Alors j’ai testé le marché. J’ai commencé par le statut d’indépendante complémentaire pour offrir mes services. J’ai rapidement trouvé mes premiers clients, ce qui m’a rassurée. Je suis passée au statut d’indépendante à temps plein un an après la réalisation de ma première commande. Tout ce que j’avais gagné pendant cette année m’a servi de mise de départ.

Au niveau personnel, que te rapporte le fait d’être devenue entrepreneure ? 

Mon nouveau statut m’a principalement offert la liberté ! Pendant plus de deux ans, j’ai passé huit heures par jour dans un bureau pour honorer le contrat, sans avoir la charge de travail suffisante. J’ai rêvé d’organiser mon temps autrement et ne pas être tenue d’être quelque part à certaines heures.

L’autre avantage est d’être son propre patron. Non seulement, je suis celle qui prend toutes les décisions, mais surtout je n’attends plus de quelqu’un d’autre d’être reconnue pour mon travail. La satisfaction du client est bien plus efficace !

Quelles sont les ressources qui t’ont aidée dans la création et le lancement de ton projet ? 

Dès que j’ai commencé à m’intéresser au monde du code, j’ai découvert le site Skillcrush qui a pour vocation de former les gens pour leur permettre de se lancer. Le site est orienté tech mais il y a beaucoup de contenu qui n’est pas lié à la technique et qui est très inspirant. J’ai aussi beaucoup suivi les conseils d’Anouk du site Talented Girls.

Quels seraient tes conseils pour celles qui ont envie de se lancer ?

Lancez-vous ! …
Mais de manière réfléchie !

Je réalise que je me suis lancée au bon moment. J’avais un peu de sous de côté, mon job ne m’apprenait plus rien, je m’étais suffisamment formée pour proposer des services intéressants. Se lancer est stressant, il vaut donc mieux mettre toutes les chances de son côté. Mais il ne faut pas attendre indéfiniment non plus!

Quels sont tes meilleurs secrets pour bien communiquer sur ton projet ?

J’ai vite réalisé que les clients arrivaient chez moi par le bouche à oreille. J’ai donc fait en sorte que mon entourage, proche et moins proche, soit au courant de mes nouvelles activités.

J’ai annoncé sur Facebook les grandes étapes de ma nouvelle activité: le lancement du site, des exemples de projets réalisés, mon passage au temps plein. Ca m’a beaucoup aidée ! Les web developers ne sont pas aussi courants qu’on l’imagine, il y a toujours une connaissance de connaissance qui cherche une bonne adresse.

Je développe aussi un univers via mon site, ma page Facebook et mon compte Instagram pour toucher des gens qui ne font pas partie de mon entourage évidemment.

Quelle place accordes-tu au networking ?

J’accorde beaucoup d’importance au networking. Je suis toujours contente de trouver des évémenents networking qui me tentent (ceux qui ne sont pas trop “corporate”). C’est l’occasion de faire une chouette activité tout en rencontrant des gens. Bon, parfois, il faut un peu de courage pour y aller mais je ne regrette jamais ! C’est l’occasion de rencontrer de potentiels clients mais aussi d’autres indépendants et d’échanger conseils et bonnes pratiques. C’est très enrichissant !

Et côté réseau, je fais partie du réseau Wonder Women depuis presqu’un an.

Retourner vers le salariat, ça te tenterait ?

Pour le moment, je dis non sans hésitation ! J’adore ma liberté fraîchement acquise. Après, je suis consciente que la situation et les envies peuvent changer avec le temps…

Reçois-tu du soutien de ta famille et tes proches ?

Oui, beaucoup mais sans qu’ils s’en rendent compte. Toute ma belle-famille et une partie de ma famille est indépendante. Il y en a toujours bien un qui connait les trucs et astuces administratifs dans tel ou tel domaine ou qui rappelle les échéances. Ca rassure beaucoup ! Et puis j’ai un mari qui me soutient dans tous (tous !) mes projets et ça, ça n’a pas de prix.

Ta famille et tes proches comprennent-ils ton activité ?

Depuis que je résume en disant que je “fais des sites web”, tout le monde comprend mieux. Pour les aspects plus techniques, il vaut mieux que j’en parle avec les connaisseurs.

Quelles sont les actualités que tu as envie de partager ?

Je viens de terminer une formation très poussée (Le Wagon à Bruxelles) au cours de laquelle j’ai acquis de quoi réaliser à peu près n’importe quel projet technique. J’ai donc envie de dire que je fais des sites « vitrines » mais je peux aussi réaliser vos envies les plus folles (tant qu’on reste dans le monde du web, bien sûr !).


Mais où donc est Anne-Laure ?

Son site : http://codettes.be
Sa page Facebook : https://www.facebook.com/Codettes.be/
Son compte Instagram: https://www.instagram.com/codettes/
Son compte Twitter: https://twitter.com/AnneLaure_dH
Son profil sur LinkedIn: http://www.linkedin.com/in/annelauredeharlez

 

Pin It on Pinterest

Et si vous partagiez cet article

Vous pouvez faire découvrir les articles du blog à vos amis. Il suffit d'un clic ;-)